Réussir ses photos au téléphone

La révolution 2017 : Lightroom CC Mobile HDR

Il y a quelques temps Adobe sortait dans l’indifférence générale Lightroom mobile avec la possibilité de prendre des photo HDR (high dynamic range) sur ce dit mobile… L’indifférence, ou presque ! Car nous l’avons testé et autant vous dire que le terme HDR n’est pas usurpé. La différence est parfaitement à couper le souffle.

Une dynamique qui n’a rien a envoyé au reflex

Quand vous faites des photos avec votre téléphone, un des problème qui revient tout le temps tout le temps est la faible latitude d’exposition. C’est à dire que lors d’un contre-jour, les blancs sont cramés et les noirs bouchés : plus de détail.

Et bien c’est résolu. Voici quelques photos exemple…

Des textures numériques et pixelisé ?

Le course au millions de pixels n’a pas beaucoup de sens aujourd’hui… Sauf que pouvoir faire un papier peint sur le bureau de son écran… Ca devrait être le minimum.

Lorsqu’on compare un smartphone 12 millions de pixels avec un reflex 12 millions de pixel, il n’y a pas photo. En réalité un smartphone 12 millions de pixel ne permet absolument pas d’obtenir une qualité descente sur un écran 4K, lui même n’était “qu’à” 8MP.

Et bien voilà. Grâce au HDR de Lightroom, les smartphone permettent maintenant franchement d’obtenir un résultat digne d’un reflex. Vraiment. Pourtant je suis exigeant, j’ai moi même travaillé un temps avec un moyen format numérique. Et oui on est très loin d’un Pentax 645z par exemple. Mais pas vraiment en comparaison avec un Hasselblad H1 (oui, une antiquité je vous l’accorde;))

En outre, ces photos sont enregistrées en RAW. Donc, plus de soucis de balances des blancs (couleur).

Voici quelques exemples de texture largement recadrée afin de pouvoir voir l’image à 100%

Pas assez de lumière?

Pareil. C’est franchement mieux. La technologie utilisée par Lightroom permet de travailler avec nettement moins de lumière. Il suffit de comparer les images plus bas.

Voici donc une comparaison d’une image recadrée pour l’afficher à 100%, la différence est assez frappante. Notez que le raw n’a pas été calibré, il est possible d’obtenir de meilleur couleur sur l’image de droite, pas sur celle de gauche…

Du progrès donc ?

Et bien on peut considéré que la majorité des problèmes ont été résolu avec l’avancée des capteurs.

Il restait le choix de focal (le zoom), la qualité des texture, les couleurs, le bruit, le manque de lumière…

Le problème de qualité de texture et de couleur est résolu. Le manque de lumière et le bruit sont énormément améliorés mais on peut toujours faire mieux.

Concernant le choix de la focale, les appareils bi-objectifs font pas mal leur boulot, mais de notre côté nous espérons que le Galaxy S9 aura droit à sa déclinaison Zoom (voir Galaxy S4 Zoom)…

Les limites du concept

High dynamic range est une méthode pour obtenir un maximum de détail dans les hautes et basses lumières. La méthode “normal” consiste à prendre plusieurs photos, certaines trop claires et d’autres trop foncées pour les mélanger et obtenir le meilleur résultat possible.

Ce que Samsung et Apple appelle HDR est en réalité simplement une manière agressive de traité l’image en augmentant l’exposition des parties foncés et en fonçant les parties claires. L’interêt est de ne pas faire plusieurs photos. En effet, en réalisant plusieurs fois, si l’appareil ou le sujet bouge un peu trop, la photo sera ratée. En outre, les fichiers créé par un vrai HDR sont plus lourds puisqu’ils contiennent plusieurs photos.

Bref cela ne fonctionne que pour les images stables.

Plus lourd ? Trop lourd ?

Un plus lourd. VRAIMENT. Comptez 55 Mo par photo pour du 12 MP !!!!!

Puis franchement c’est mal réglé de base… Les images sont trop fade, il faut utiliser l’option “retirer le voile” sur Lightroom d’environ 20-30% pour ne pas obtenir une image complètement faussée.

Lorsque vous faites une photo en HDR. Lightroom doit d’abord la traiter pour qu’elle soit visible : il faut qu’il mélange les résultats. Comptez au bas mot plusieurs dizaines de secondes par image. Pendant ces dizaines de secondes l’appareil est franchement lent, chauffe et est instable….

Instable ?

Oui. C’est tellement instable que c’est presque inutilisable… Les crises de nerfs que j’ai eu sur ce programme en si peu de temps sont nombreuses. En plus de cette instabilité, d’énormes problèmes de synchronisation. J’ai finalement abandonné et suis repassé sur Google photo pour le Cloud pour finalement passé sur Lightroom Classic sur l’ordinateur… Ce qui est un comble pour un programme dont le but est de passer par le cloud et d’utiliser les méta-données des deux appareils (téléphone/tablet et ordinateur)

 

Notez que les photos ont toutes été prises avec un Samsung S8 dans le sud de la Thaïlande. Les images sont légèrement retouchées sur Lightroom uniquement.

Laisser un commentaire